Développement de carrière

CPA et juricomptabilité : une combinaison logique

CPA et juricomptabilité : une combinaison logique


C’est un fait reconnu, les CPA sont des professionnels recherchés par tous les types d’organisations. Le titre de CPA permet en effet de travailler dans des secteurs très variés. Par exemple, lorsque le CPA n’est pas en train d’établir ou d’évaluer les méthodes de contrôle mises en place dans une organisation, il est en train de l’auditer. S’il ne contribue pas à la définition de sa stratégie opérationnelle et financière, il participe plutôt à sa restructuration. S’il n’est pas en train d’aider à évaluer la valeur de ses actifs et à définir les implications fiscales des transactions afférentes, il peut l’aider dans le cadre des enquêtes liées à la fraude ou à la quantification de dommages économiques.

Le CPA juricomptable, un profil recherché

Selon les besoins de votre organisation, vous serez peut-être amené à rechercher un CPA avec un profil très spécifique, comme celui de juricomptable. Vous trouverez des suites de lettres très variées avant ou après le titre comptable de ces CPA : CISA, CA•EJC, DIFA, MFAcc, CIA, CFE, CFF, EEE, CAMS, etc. Toutes ces lettres représentent des formations ou des certifications complémentaires au titre de CPA. Elles signifient que ces professionnels ont le droit de les utiliser et qu’ils ont reçu une formation spécifique dans certains sous-domaines liés à la juricomptabilité leur permettant de mieux servir leurs clients et de s’adapter aux changements du marché ainsi qu’aux enjeux économiques et financiers en la matière.

Quel est le rôle du juricomptable?

La juricomptabilité est définie par l’ACFE (Association of Certified Fraud Examiners) comme étant un domaine dans lequel les compétences en comptabilité, en vérification et en enquête sont employées pour analyser l’information pouvant être utilisée devant un tribunal, une cour ou à des fins de médiation. Les CPA exerçant dans ce domaine sont appelés juricomptables.

Les CPA portant les titres mentionnés plus haut ont un point en commun : ils aident leurs clients dans la réalisation des mandats juricomptables dans le but de lutter contre la criminalité financière (prévention et détection) et de quantifier les préjudices économiques aux côtés des avocats, des corps policiers et des institutions internationales en établissant les faits nécessaires à la résolution des conflits devant la cour ou le tribunal ou pour des fins de médiation.

Le travail d’un juricomptable consiste entre autres à analyser des données financières et à s’assurer de l’intégrité des preuves, à rédiger des rapports, à collecter des informations, à témoigner en tant qu’expert indépendant, à quantifier des dommages, à interroger des personnes sur lesquelles pèsent des allégations criminelles, à retracer des fonds illicites et des actifs cachés.

Au Canada, les juricomptables sont tenus de répondre aux normes d’exercice des missions de juricomptabilité mises en place par CPA Canada et qui visent à protéger le public. Ces normes n’encadrent toutefois que l’exercice du jugement professionnel dans les missions de juricomptabilité et non les conditions d’accès à la profession.

Pourquoi opter pour un CPA juricomptable?

Bien que l’on compte au sein des services de juricomptabilité des personnes issues du monde policier, des informaticiens spécialisés en gestion de l’information électronique, des avocats spécialisés en litiges ou en droit commercial, des mathématiciens et des statisticiens, les CPA sont également très présents dans ce secteur et jouent un rôle majeur dans l’exécution des mandats.

En effet, grâce à leur formation universitaire couvrant toutes les dimensions du monde des affaires et à leur passage en cabinet ou en entreprise en tant qu’auditeurs financiers, auditeurs internes ou contrôleurs, les CPA sont plus à même de détenir les compétences en matière de comptabilité et d’enquête exigées dans ce domaine.

Les formations complémentaires en juricomptabilité

Malgré le fait que les CPA soient déjà bien outillés en ce qui concerne les manipulations comptables et les notions financières liées à l’exécution des mandats de juricomptabilité, il est tout de même possible pour eux de suivre certaines formations reconnues ou d’obtenir des titres professionnels complémentaires qui affineront leurs connaissances dans certains domaines précis de la juricomptabilité, tels que :

  • MFAcc : Master of Forensic Accounting (nouveau programme en ligne et à temps partiel offert par l’Université de Toronto, en remplacement du DIFA1, en anglais seulement);
  • Diplôme de 2e cycle en lutte contre la criminalité financière (offert par l’Université de Sherbrooke en français);
  • Programme court de 2e cycle sur la prévention et la détection de la fraude comptable (offert par l’Université du Québec à Montréal en français);
  • Certificat de 1er cycle en enquête et renseignement (offert par l’Université de Montréal en français);
  • CFE : Certified Fraud Examiner (offert par l’ACFE en anglais seulement);
  • CFF : Certified in Financial Forensics (offert par l’AICPA2 en anglais seulement);
  • CAMS : Certified Anti-Money Laundering Specialist (offert par l’ACAMS3 en français et en anglais);
  • EEE : Expert en évaluation d’entreprises (offert par l’ICEEE4 en français et en anglais).

Quelles qualités rechercher lors de l’embauche d’un CPA juricomptable?

Au-delà des formations complémentaires et du bagage détenu par le CPA, celui-ci doit être en mesure d’accepter les défis qui viennent avec ce domaine. En effet, le crime ne dort jamais et les criminels ne cessent d’innover dans leurs façons de faire. Le CPA doit donc être capable de gérer adroitement les changements, accepter de sortir de sa zone de confort, faire des heures supplémentaires à l’occasion lors de mandats d’enquête dont l’exécution est une véritable course contre la montre, aimer apprendre sans cesse de nouvelles choses et savoir s’adapter au marché.

Ainsi, en plus d’avoir de solides compétences en comptabilité et des connaissances juridiques, les juricomptables doivent avoir une curiosité remarquable, être attentifs aux détails, être persistants, savoir penser de manière créative, avoir des compétences analytiques et de recherche et être de bons communicateurs (tant à l’écrit qu’à l’oral).

En conclusion, la juricomptabilité est un créneau très pointu de la comptabilité où les CPA sont extrêmement en demande. Il est donc important d’adopter une stratégie de recrutement innovante pour trouver le professionnel comptable qui saura répondre au mieux aux besoins spécifiques de votre organisation en la matière.

Vistel Blardone Ganongo Bongo, CFE, CAMS, CPA, CGA
Directeur des services d’enquêtes et de juricomptabilité, MNP

1. Diploma in Investigative & Forensic Accounting
2. American Institute of Certified Public Accountants
3. Association of Certified Anti-Money Laundering Specialists
4. Institut canadien des experts en évaluation d’entreprises


À propos de l’auteur

Vistel Blardone Ganongo Bongo s’occupe principalement des enquêtes sur les questions de fraude, de blanchiment d’argent et de corruption ainsi que de soutien aux litiges chez MNP. Avant d’embrasser la juricomptabilité, Vistel a passé plus de trois années dans le domaine de l’audit en Afrique, au Canada et en Europe. Comptable professionnel agréé (CPA, CGA), Vistel est également examinateur agréé en fraude (CFE), détient le titre de CAMS (expert en lutte contre le blanchiment d’argent) et est diplômé de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Il a également étudié à l’Université de Toronto dans le programme visant à obtenir le diplôme d’enquêtes et de juricomptabilité (DIFA).

1.0.0.0