Développement de carrière

Le titre de CPA, un levier pour une carrière internationale

 

Le titre de CPA canadien jouit d’une notoriété dans des pays comme le Royaume-Uni, les États-Unis et la France, où il confère des compétences permettant à ces professionnels de briller.

En France, le titre québécois de CPA auditeur bénéficie d’une pleine équivalence avec la profession d’expert-comptable.

Pour ce qui est des CPA qui travaillent en entreprise ou dans le secteur public au Canada, ces derniers ne trouvent pas d’équivalent direct avec la France. Ceci laisse donc la place à une expertise très recherchée en France. Explications.

« En France, les comptables reçoivent une formation très pointue qui les destinent à faire de la certification en cabinet, explique l’expatriée Isabelle Pigeon, CPA, CMA, directrice de la stratégie et des fusions et acquisitions au sein de la firme française LGR Packaging. « Au Canada, les CPA reçoivent une formation très complète qui est très recherchée par les entreprises françaises. Ils développent des compétences en gestion, en ressources humaines et en marketing, ainsi qu’une bonne connaissance des outils commerciaux et opérationnels. Ce sont ces compétences qui constituent la valeur ajoutée d’un CPA canadien qui veut faire carrière en France. »

Isabelle Pigeon attribue d’ailleurs une grande partie de son succès professionnel en France à son titre de CPA : « Je suis convaincue que si j’ai pu obtenir la confiance de mon patron pour une récente promotion dans le domaine des fusions et acquisitions – un domaine dans lequel je n’avais pas d’expérience spécifique – c’est grâce aux compétences que j’ai développées en tant que CPA. »

CPA, des lettres connues dans le monde anglo-saxon

La situation diffère quelque peu dans les pays anglo-saxons, comme le Royaume-Uni et les États-Unis, où l’accréditation CPA existe aussi. Il est d’ailleurs possible pour un CPA canadien de devenir un CPA américain en suivant une version abrégée du parcours habituel.

« Ce n’est pas obligatoire », précise toutefois Sophie Langis-Lauzière, CPA, CA, gestionnaire en audit chez Nike. « Le titre de CPA canadien a suffisamment de poids et de reconnaissance pour qu’un Canadien puisse faire carrière ici sans obtenir l’accréditation américaine. »

La polyvalence québécoise

Même si l’appellation est la même, Sophie Langis-Lauzière note des différences dans l’exercice de la fonction de CPA aux États-Unis et au Québec : « Aux États-Unis, on a encore l’image du comptable aux bas bruns, avec une calculatrice à la main. Si tu es comptable, tu restes dans ce rôle. Au Québec, les CPA sont davantage reconnus pour leur polyvalence. C’est plus facile de devenir gestionnaire ou d’atteindre un poste de direction. Par conséquent, je crois que la formation au Canada nous permet d’être mieux préparés pour assumer ce type de responsabilités. »

Comme Isabelle Pigeon, Sophie Langis-Lauzière relève elle aussi les avantages de la riche formation du titre de CPA au Canada : « C’est ce qui me permet aujourd’hui d’avoir de la crédibilité et d’apporter de la valeur ajoutée chez Nike. »

En somme, pour se démarquer, les CPA tentés par une carrière à l’international ont tout intérêt à miser sur leur polyvalence et sur leurs compétences!

1.0.0.0